Faits saillants du budget fédéral 2021

Image

La ministre des Finances, Chrystia Freeland, a dévoilé le premier budget du gouvernement en plus de deux ans, au même moment où les cas de COVID-19 se sont intensifiés à travers le pays. Ce budget tant attendu est l'un des budgets les plus importants de l'histoire récente, car de nombreux secteurs de l'économie sont encore sous le choc des effets reliés à la pandémie tandis que les provinces naviguent à travers de nouveaux confinements et le déploiement des vaccins. Le budget 2021, qui pourrait servir comme argument de réélection pour les libéraux, fournit la feuille de route du gouvernement pour la reprise économique du Canada après la crise et un plan pour l'établissement d'une économie plus forte et plus verte.

Les thèmes comprennent le soutien aux secteurs les plus durement touchés, les investissements dans l'énergie verte et le soutien à ceux et celles qui ont été touchés de manière disproportionnée par le COVID-19, y compris les femmes, les peuples autochtones, les jeunes et les communautés racialisées, sont récurrents dans tout le budget.

Le budget 2021 tente en grande partie d'équilibrer la nécessité de fournir un plan d'aide économique aux secteurs les plus touchés, tout en préparant le terrain pour une reprise économique plus forte. Pour aider les entreprises et les travailleurs alors que la pandémie fait toujours rage, le gouvernement propose de prolonger la subvention salariale d'urgence canadienne (SSUC) et la subvention d'urgence du Canada pour le loyer (SUCL) jusqu'en septembre, tout en mettant en œuvre un nouveau programme pour subventionner temporairement les nouvelles embauches, en fournissant 1 100 $ par mois pour chaque nouvel employé. Dans l'ensemble, le budget propose plus de 100 milliards de dollars en dépenses de relance dans divers programmes et investissements, dont 30 milliards de dollars en financement sur cinq ans pour un système national d'apprentissage et de garde des jeunes enfants.

Mise à jour fiscale

Le déficit de l'an dernier s'établissait à 354,2 milliards de dollars, soit moins que le déficit de 400 milliards de dollars projeté dans l'Énoncé économique de l'automne. Le déficit devrait atteindre 154,7 milliards de dollars en 2021-2022 et 59,7 milliards de dollars en 2022-2023.

Éléments clés selon l’ICÉC

  • Un investissement de 22,6 millions de dollars sur quatre ans à compter de 2021-2022 pour mener la toute première évaluation nationale de l'infrastructure au Canada.
  • Un investissement de 1,9 milliard de dollars sur quatre ans pour recapitaliser le Fonds national des corridors commerciaux. Le budget indique que ce financement pourrait attirer environ 2,7 milliards de dollars de partenaires du secteur privé et d'autres partenaires du secteur public, ce qui se traduirait par des investissements totaux de 4,6 milliards de dollars.
  • Le budget 2021 propose de fournir 500 millions de dollars sur deux ans, à compter de 2021-2022, aux agences de développement régional pour les infrastructures communautaires.
  • Le gouvernement appliquera des politiques d'approvisionnement réciproque pour s'assurer que les biens et services ne sont achetés que dans des pays qui accordent aux entreprises canadiennes un niveau similaire d'accès au marché.
  • La publication d'un cadre de référence pour l'émission d'obligations vertes dans les prochain mois, soit avant l'émission des premières obligations vertes en 2021-2022, avec un objectif de 5 milliards de dollars, sous réserve des conditions de marché. Ces obligations vertes pourraient financer des infrastructures vertes, des innovations en matière de technologies propres, la conservation de la nature et d'autres efforts pour lutter contre le changement climatique et protéger notre environnement.
  • L'investissement proposé de 2,5 milliards de dollars au cours des cinq prochaines années dans l'apprentissage et la garde des jeunes enfants autochtones comprend également 420 millions de dollars sur trois ans, à compter de 2023-2024, et 21 millions de dollars en cours, pour construire et entretenir de nouveaux centres dans d'autres collectivités.
  • Un investissement de 11,7 millions de dollars sur cinq ans par l'entremise d'Infrastructure Canada pour renouveler les normes du programme pour la résilience climatique des infrastructures, afin que le Conseil canadien des normes puisse continuer à mettre à jour les normes et les directives dans des domaines prioritaires comme la cartographie des inondations et la construction dans le Nord.
  • 4,3 milliards de dollars sur quatre ans pour le Fonds d'infrastructure communautaire autochtone, un fonds distinctif pour répondre aux demandes immédiates, telles que priorisées par les partenaires autochtones, avec des projets d'infrastructure prêts à l'emploi dans les Premières Nations, y compris avec les traités modernes et les Premières Nations autonomes et les Inuits et les communautés de la nation métisse.
    • Cela comprend 1,7 milliard de dollars sur cinq ans, à compter de 2021-2022, dont 388,9 millions de dollars en cours, pour couvrir les coûts d'exploitation et d'entretien de l'infrastructure communautaire dans les collectivités des Premières Nations dans les réserves.
  • Fournir 200 millions de dollars sur trois ans, à compter de 2021-2022, à Infrastructure Canada pour établir un Fonds sur l'infrastructure naturelle pour soutenir les projets d'infrastructure naturelle et hybride.
  • Le budget 2021 propose de créer l'Agence canadienne des eaux avec un investissement de 17,4 millions de dollars sur deux ans pour soutenir le travail avec les provinces, les territoires, les peuples autochtones et les principaux intervenants sur la portée du mandat de l'agence, y compris l'identification des possibilités de bâtir et d'appuyer davantage une infrastructure d’eau et d’irrigation résiliente.
  • Le budget 2021 propose également d'accorder 1 milliard de dollars supplémentaires sur six ans, à compter de 2021-2022, au Fonds pour la large bande universelle, afin de soutenir un déploiement plus rapide des projets de services Internet haute vitesse en collaboration avec les provinces, les territoires et d'autres partenaires.